Conseil Communal du 5 novembre 2018

Conseil Communal du 5 novembre 2018

Le dernier conseil communal de la mandature s’est déroulé le lundi 5 novembre dans une ambiance très particulière.

La majorité sortante n’était de nouveau pas en nombre : manquaient 3 des 6 conseillers MR et le président du CPAS (Cdh). On y a vu le groupe PS qui jusqu’alors critiquait et votait contre les budgets et les taxes proposés par la majorité se taire et s’abstenir systématiquement. Visiblement, ils sont déjà dans la majorité.

Le conseiller Martial Mullenders (Ecolo) a de son côté obtenu quelques avancées.

Concernant la taxe annuelle sur la collecte et le traitement des déchets, les interventions répétées de Martial Mullenders demandant chaque année l’exonération de la partie forfaire de la taxe déchets pour les ménages dont les revenus étaient inférieurs au seuil de pauvreté wallon (28.092 € nets pour une famille de 2 adultes et 2 enfants en 2017) a porté quelques fruits, insuffisants certes mais néanmoins positifs. Ainsi, la majorité avait prévu d’augmenter pour les isolés le seuil des revenus imposables permettant une réduction de cette taxe de 13 à 15.000 €. Première avancée. Mais curieusement, ils ne s’étaient pas préoccupés de remonter le seuil pour les ménages. Le conseiller Ecolo a mis le doigt sur cette situation illogique aboutissant à un seuil ménages et un seuil isolés identiques de 15.000 € comme si un ménage de 2 adultes n’avait pas plus de besoins qu’un isolé. Il a alors proposé qu’on augmente le seuil ménages pour se rapprocher du seuil pauvreté ou en tout cas pour assurer une majoration équivalente. C’est ainsi que l’échevin des finances sortant, Stéphane Kariger a proposé que les ménages dont les revenus imposables ne dépassent pas 18.000 € au lieu de 15.000 € bénéficient de la réduction. Saluons cette deuxième avancée obtenue grâce à l’intervention de Martial.

Il a ensuite eu un échange ferme avec l’échevine Viviane Dessart qui proposait l’acquisition d’un système de billeterie pour la salle des Tréteaux mais qui n’avait pas fourni le cahier des charges de ce marché, ni précisé dans la délibération l’estimation et le coût. Les réponses de celle-ci se sont révélées erronées – sur le poste budgétaire – ou vagues sur la nécessité de recourir à un tel système plutôt que de recourir à une plate-forme préexistante comme le font d’autres opérateurs culturels. Insatisfait par l’absence de dossier et la légèreté des réponses, Martial s’est donc abstenu.

Il est également intervenu concernant le vote des projets de 2 cahiers des charges : l’un pour la rénovation de trottoirs à Cheratte, l’autre pour la rénovation des rues pavées de l’entité. Il a demandé et obtenu que les mesures anti-dumping votées par le Conseil soient ajoutées dans les conditions du cahier des charges (pour éviter que des entreprises étrangères ne puissent réaliser tout ou partie des chantiers sans respecter les règles belges de protection du travail et de sécurité sociale). Il a également obtenu que le cahier des charges excluent les pavés venant de loin (pavés asiatiques), qui sont moins chers, de moindre qualité et d’une durée de vie inférieure, qui créent une concurrence déloyale avec les pavés produits en Wallonie, et dont le transport entraîne une pollution – Co² notamment – importante.

Il avait également ajouté à l’ordre du jour du Conseil, une série de questions à poser au Collège sur les problèmes d’organisation pratique des opérations de vote. C’est le Directeur général qui a été chargé de répondre : il a reconnu l’erreur dans les conditions mises à l’envoi des convocations (par ordre alphabétique et non par rue) et a annoncé que ce serait corrigé pour les élections du 26 mai prochain. Il a aussi reconnu les retards d’ouverture dans un certain nombre de bureaux de vote et l’importance des files qui ont duré toute la matinée dans une série de bureaux. Le Directeur général a promis qu’une série de mesures seraient prises : constitution des bureaux dès 7 h au lieu de 7 h 30, ajout d’isoloirs dans certains bureaux, tentures dans tous les isoloirs, qualité de l’éclairage… Il a enfin salué une bonne surprise : l’enthousiasme de nombreux assesseurs.